Un Bol d’Or à défendre

Vainqueur du Bol d’Or Mirabaud 2012, notre équipe du D35 Realteam Sailing avait la volonté de rééditer l’exploit de cette année. De plus, Alinghi nous a battu lors de la première grande classique lémanique, la Genève-Rolle-Genève, et pointe désormais en tête du Vulcain Trophy avec une petite avance et ceci même si nous sommes parvenus à remporter le dernier Grand-Prix couru le même weekend. Course importante en perspective.

Hormis pour les premières heures de courses, les prévisions pour le Bol d’Or ne sont pas très optimistes. Une fois n’est pas coutume… Nous prenons le départ de cette 75ème édition sereinement en restant dans la mesure du possible le plus à l’avant de la flotte. Les multicoques de toute taille se battent entre eux et nous devons parfois lutter contre des plus petits que nous, moins rapides mais plus agiles dans l’étroite Rade de Genève. Le fort vent d’ouest nous pousse rapidement à la hauteur d’Yvoire par à-coup, car il a de la peine à s’établir correctement. Par conséquent, les bateaux avancent irrégulièrement jusqu’à la fin de la zone de vent et les premiers bateaux se font constamment rattraper pas les poursuivants.

A la sortie du Petit Lac, nous gérons parfaitement la transition du nouveau vent (le vent d’ouest s’arrête) et prenons une bonne avance sur toute la tête de course, bientôt constituée uniquement des plus grands multicoques. Le scénario ressemble étrangement à 2012 mais nous savons que le vent au Bouveret est absent… Et malheureusement, nous nous arrêtons littéralement à 500 mètres de la marque de retour. Et tous nos poursuivants reviennent. C’est donc un flotte compacte de multicoques qui se retrouvent pour le virage retour en direction de Genève. Parmi la flotte, un bateau sort son épingle du jeu et ne sera plus jamais rejoint; il s’agit de Zenith Fresh qui remportera confortablement la course.

myimages.ch© Loris Von Siebenthal

myimages.ch© Loris Von Siebenthal

Quant à nous, nous bataillerons jusqu’à la ligne d’arrivée avec les autres D35. Personne ne parvient à creuser l’écart, car à chaque fois, le bateau en avance butte sur une zone sans vent. Les D35 terminent la course dans un mouchoir de poche au sein duquel nous terminerons 4ème (3ème D35) et, plus embêtant, derrière Alinghi qui nous repousse désormais à 5 longueurs au classement général. Il est vrai que nous sommes déçus de résultat mais au vue du déroulement de la course, nous aurions pu terminer bien plus loin dans le classement. L’objectif est maintenant de défendre le Vulcain Trophy!

Pour toute l’équipe de Realteam Sailing, il est temps de préparer la prochaine course en Extreme 40 à Istanbul. Je ne serai pas de la partie, car je m’en vais à Dunkerque avec le CER pour débuter le Tour de France à la Voile.