C’est parti pour 2013!

© Centre d'Entraînement à la Régate

© Centre d’Entraînement à la Régate

La saison de ski est loin de s’être terminée et pourtant, j’ai déjà accumulé des heures de navigation en mer et sur le lac. En janvier, je me suis entraîné à la Grande-Motte au Centre d’Entraînement Méditerranéen avec le M34 de la ville de Genève. L’objectif de l’équipage était de travailler les manœuvres et les allures spécifiques que l’on rencontre sur le Tour de France à la Voile – à savoir le grand rendez-vous du mois de juillet. Toujours avec la ville de Genève au travers du Centre d’Entraînement à la Régate (CER), j’ai régaté lors de la Primo Cup à Monaco en catégorie Surprise. Première régate et première victoire pour notre équipe du CER. J’y occupais le poste de tacticien.

 

© XXIX Primo Cup - Trophée Credit Suisse

© XXIX Primo Cup – Trophée Credit Suisse

La tactique et la stratégie sont les postes qui vont m’occuper le plus cette année en monocoque avec le CER, en grande partie sur le projet du Tour de France à la Voile. Concernant le projet multicoque du Realteam Sailing , je retrouverai un poste que j’ai déjà occupé par le passé: régleur de grande-voile. Realteam Sailing avec laquelle nous avons dominé le championnat des D35 la saison passée défendra son titre, bien entendu, mais prendra également part à bord de aux Extreme Sailing Series™  dont voici une vidéo:

Nouveau championnat international en perspective. Première épreuve à Oman début mars.

Début février,  j’ai navigué deux jours sur le Lac Léman avec les jeunes suisses de l’équipe du Tilt qui prépare la Red Bull Youth America’s Cup. Et vu qu’il neigeait, c’était un entraînement intensif!

Du côté de mon projet en Mini 6.50, je n’ai pas réussi à boucler le budget. Et il est déjà trop tard pour se qualifier et préparer un bateau compétitif pour la Transat 6.50 en septembre 2013. J’espère cette année participer à des courses en double mais mon programme 2013 avec le CER et Realteam Sailing est bien rempli.

En mars, je rencontrerai le comité de l’association ATO – crée dans l’idée de me soutenir pour une projet de voile en solitaire – pour évaluer la possibilité de monter un projet de navigation pour 2015.


read more

Rolex Swan Cup

© Rolex / Carlo Borlenghi

© Rolex / Carlo Borlenghi

Première expérience pour moi en Sardaigne sur de forts beaux bateaux: Les Swan. En l’occurrence, un Swan 42 nommé Tixwaves mené par un équipage franco-suisse où mon rôle est la tactique. Cela faisait longtemps que je n’ai plus navigué avec d’autres régatiers que ceux du Centre d’Entraînement à la Régate. Mais peu importe, puisque je me suis rapidement adapté à ce formidable équipage régatant régulièrement en Grand Suprise sur le Lac Léman. L’endroit – Porto Cervo – est superbe et se prête magnifiquement aux régates techniques (parcours de type aller-retour dans l’axe du vent) et aux parcours côtiers qui sont chaque jour au menu. Imaginez que le comité de course nous a régulièrement envoyé sur des parcours à proximité de La Maddalena où il faut jouer au mieux avec les variations de vent induit par la proximité des différentes îles:  absolument superbe! Plusieurs champions de voile étaient présents, notamment des anciens grands noms de la Coupe de l’America quand celle-ci se disputait encore en monocoque.

© Rolex / Carlo Borlenghi

© Rolex / Carlo Borlenghi

Du côté des résultats, nous finissons à une encourageante 5ème place. Pour notre grande première sur le bateau, nous montrons plus d’aisance sur les parcours techniques que lors des parcours côtiers où la vitesse du bateau est primordiale.  Il faut noter que nous naviguons en classe IRC. Cela veut dire que tous les Swan de notre taille (environ 12 mètres) naviguent ensemble et que le classement compte après déductions des coefficients de chaque bateau. Par ailleurs, nous avons le plus mauvais coefficient alors que d’autres bateaux sont plus rapides que nous… Ce n’est que partie remise pour la prochaine édition!

© Rolex / Carlo Borlenghi

© Rolex / Carlo Borlenghi

Les douze membres d’équipages – et mois y compris – repartent ravis de cet évènement. La présences des Maxi Yacht sur la régate, qui partent sur un départ séparé, est un spectacle impressionnant. En 2013, je me réjouis de naviguer une nouvelle fois sur le circuit Rolex avec Tixwaves et son équipage. En attendant, je me concentre sur la dernière régate de la saison pour moi en D35. Nous avons la possibilité de gagner le Vulcain Trophy 2012 avant même la dernière épreuve prévu en octobre. Chaud devant!

© Tous droits réservés

© Tous droits réservés


read more

5ème place au Tour de France à la voile

© Jean-Marie Liot / ASO

© Jean-Marie Liot / ASO

Voilà plus d’un mois que je suis rentré du Tour de France à la Voile qui était l’un de mes objectifs principaux de cette saison (le deuxième étant de trouver des sponsors pour la Mini Transat en 2013!). Le Tour de France à la Voile est une course fabuleuse, mêlant parcours côtiers de type offshore et parcours techniques de type inshore. On retrouve sur cette course des professionnels et des grands noms de la voile mais également des équipes amateurs et étudiants. Comme en 2010, j’ y ai navigué avec le Centre d’Entraînement à la Régate à bord de Ville de Genève – Carrefour Prévention lors des étapes et des parcours techniques en Mer du Nord, en Manche et en Atlantique. Après le plein de confiance acquis sur le Bol d’Or, notre objectif était de gagner le classement amateur – où seulement deux professionnels de la voile sont autorisés à bord – et bien évidemment, de très bien figuré au classement général.

Sur ce Tour 2012, nous étions la plus grosse équipe avec 18 personnes, dont une poignée était présent tout au long de l’épreuve. Mon boulot à bord? J’ai eu la chance d’occuper beaucoup de postes différents sur le bateau: tactique, numéro 1 et piano notamment. Le fait de pouvoir occuper plusieurs postes à bord me conforte dans l’idée de me lancer dans la voile en solitaire…

© Jean-Marie Liot / ASO

© Jean-Marie Liot / ASO

Les premières journées constituées de parcours techniques à Dunkerque était la période où nous avons le moins bien navigué. Nous avons rapidement inversé la tendance et sommes montés en puissance jusqu’à pointer à la 3ème place du classement général provisoire en Bretagne. Le classement amateur était pratiquement déjà acquis avant d’entamer les épreuves en Atlantique et nous révisons notre objectif à la hausse: terminer dans le top 5.

Mon meilleur souvenir sur ce Tour est l’étape ralliant le nord de la Bretagne à la Vendée:  la plus longue étape jamais réalisée! Nous prenons un excellent départ et virons la première marque en tête. Nous avons l’opportunité de mener la flotte à raz les cailloux pour s’abriter du courant. Chaud Chaud! La descente en vent arrière jusqu’en Vendée est très rapide dans un vent de 20 à 25 noeuds (force 6). Malheureusement, nous devons nous arrêter à trois reprises pour dégager le bateau pris dans des cordes servant à la pêche, dont une fois de nuit… Pas de chance.

En Vendée, je laisse mes coéquipiers rallier seuls la Méditerranée par la route. Le bateau est remis à l’eau en Espagne pour la dernière semaine de course. Ville de Genève – Carrefour Prévention gagne la dernière étape en direction de la Seyne-sur-Mer. Nous terminons 5ème au classement général et gagnons sans difficultés le classement amateur.

© Jean-Marie Liot / ASO

© Jean-Marie Liot / ASO

© Jean-Marie Liot / ASO

© Jean-Marie Liot / ASO


read more

Victoire au Bol d’Or

© Pierre Menoux

© Pierre Menoux


read more

UK Fastnet: victoire avec Simon Koster

Quelques minutes avant le départ
Le 15 mai a été donné le départ du UK Fastnet. Le parcours: Plymouth-Fastnet (Irlande)-Conninberg (Irlande) et retour en à Plymouth. J’ai de nouveau régaté avec Simon Koster et, après notre belle 2ème place en série sur la première régate, nous remportons ce classement sur le UK Fastnet. De plus, nous terminons à la 3ème place au général devant devant des prototypes sensés aller plus vite que nous.
Beaucoup de points clés à négocier sur ce parcours

Beaucoup de points clés à négocier sur ce parcours

Les conditions furent difficiles. L’arrivée d’une dépression a contraint tous les concurrents à naviguer vers l’Irlande au près –  donc face au vent – et dans 30 noeuds de vent. Malheureusement, nous avons rencontrer les mêmes conditions sur le retour, car le vent avait tourner de 180°! Le moment le moins venté de la régate fut l’approche du phare du Fastnet, pourtant réputé pour être le théâtre d’une mer démontée.

Et comme toujours en Mini, construire une stratégie avec le peu d’informations à bord (seul la radio est autorisé) est difficile. Avec Simon, nous avons fait plusieurs erreurs à l’approche des Iles Scillys et du Fastnet, les premiers points clés de la course! Cependant, nous réalisons une excellente fin de course et virons Land’s End – la pointe ouest de l’Angleterre – en 2ème position. Premier bon coup: nous passons cette pointe de nuit et à raz les caillous! La très bonne préparation de Simon à terre (points GPS, cartes, écarts tolérables, etc..) nous a permis de passer à pleine vitesse dans ce champ de mines.

Deuxième bon coup: nous anticipons une arrivée à Plymouth au vent arrière, c’est à dire un vent provenant du nord-ouest, alors que nous sommes toujours au près dans la Manche dans un vent soufflant de l’est. Pour bien se positionner et tenter de dépasser le premier, nous nous décalons plus au sud que nos concurrents. Et lorsque la bascule de vent arrive, nous naviguons en direction de l’arrivée sur une route plus courte et plus rapide! Joli coup tactique qui nous fait rallier l’arrivée en 3ème position et surtout 1er bateau de série!

Après plusieurs semaines en Bretagne et trois régates disputées, il est tant pour moi de rentrer en Suisse. Bien évidemment, mon employeur se réjouit de mon retour!


read more